Toujours pas abonné ?

Recevoir directement les derniers articles

Travailler Moins, Pour Gagner Plus

Travailler moins, pour gagner plus.

N’est-ce pas une idée séduisante, qui semble presque utopiste ?

Nous avons été conditionnés pour associer le temps de travail à la productivité.

Est-ce vraiment de cette façon que l’on accomplit le plus ?

Nombre d’arguments semblent montrer que ce n’est pas le cas.

Les gens font de longues heures, non pour être productif, mais pour se donner bonne conscience, ou pour satisfaire leurs chefs.

Voici pourquoi le temps est une mauvaise mesure du travail :

Le secret de la productivité

Récemment, je regardais l’interview de Jeff Bezos, par Lex Fridman.

Une chose qui m’a marqué, c’est la phrase « I believe in wandering ».

Je me suis dit, comment un des entrepreneurs les plus productifs, et les plus riches au monde, peut trouver du temps pour rêvasser ?

Comment on peut fonder et diriger Amazon, tout en étant à l’avant-garde de la conquête spatiale, et en même temps croire au glandage ?

“Real invention, real lateral thinking, requires wandering.

You have to give yourself permission to wander.”

— Jeff Bezos

En réalité, Jeff Bezos n’est pas une exception, il est la règle.

La plupart des grands inventeurs, scientifiques, entrepreneurs, athlètes, artistes, et chercheurs, portaient une importance capitale au repos.

La réelle créativité requière un mode de cognition différent que celui de l’effort concentré.

On dit que le cerveau se divise en deux hémisphères, gauche et droit, et que le premier est logique, alors que le second est émotionnel et intuitif.

(Neurologiquement, c’est une énorme simplification, mais conceptuellement, c’est une image utile.)

Vous avez un circuit dédié à la réalisation de tâches concrètes et utiles.

Et un autre qui sert à générer des idées.

(Le premier sert la navigation du monde connu, le second du monde inconnu.)

Plusieurs fois, nous avons vu que, phénoménologiquement, la vie était constituée de problèmes.

Leurs résolutions dépendent de deux facteurs :

  1. Un mode d’action structuré
  2. L’élaboration d’une stratégie

(L’ordre est inversé parce que la plupart oublient le second. Idéalement on pense avant d’agir.)

Le premier requière un système de productivité.

Le second requière un système de créativité.

Vous ne pouvez être réellement performant quand vous n’avez qu’une part de l’équation.

Cette seconde partie est stimulée par le repos, qui est tout aussi important de prendre au sérieux que l’effort.

Le cerveau rationnel et le cerveau intuitif

Beaucoup pensent que ne rien faire est contre-productif.

Pourtant toutes vos meilleures intuitions vous viennent quand votre attention est diffuse.

Votre cerveau ne s’arrête pas de travailler quand vous êtes inactif. Bien au contraire, il au moins aussi actif que lorsque vous êtes engagé dans les tâches du quotidien.

On sait que le repos joue un rôle primordial pour la mémoire l’apprentissage, et la régénération cellulaire.

Vous avez un esprit rationnel, que vous pouvez focaliser tel un laser, qui fonctionne de façon linéaire.

Et un esprit intuitif, qui est plutôt comme une lumière diffuse, et qui fonctionne de façon holistique.

Par ce dernier, vous avez accès à des ressources subconscientes.

La plupart des tâches complexes requièrent d’allier ces deux modes de cognition.

Exemple : un entrepreneur et son offre.

Si vous voulez lancer un produit, il vous faut d’abord une idée originale (intuition, créativité).

Ensuite, il faut confronter cette idée à l’expérience (rationalité, linéarité). (Spoiler : dans 95% des cas elle ne suivit pas le test.)

Une fois qu’elle semble prometteuse, il va falloir réitérer l’offre, pour l’améliorer de façon incrémentale, et minutieuse.

Autre exemple : l’écriture.

D’abord vous videz votre esprit sur un brouillon.

Ensuite, vous sélectionnez les meilleures idées, et commencez à rédiger.

Finalement, vous éditez le texte.

Autre exemple : la science.

Vous proposez une théorie.

Vous testez la théorie avec une méthodologie.

Vous créez un compte-rendu de vos découvertes.

Souvent, on néglige cette première étape créative, celle de la génération d’idées, et on reste bloqué dans des routines qui ne fonctionnent pas.

Cette capacité de rétrospective, et d’association libre, n’est possible seulement dans un état de décontraction.

L’importance du repos

Dans l’ouvrage Rest, Alex Soojung, et Kim Pang, expliquent pourquoi l’on accomplit plus quand on travaille moins.

À l’intérieur, ils citent une expérience qui mesurait la productivité de 194 chercheurs.

Cette dernière corrélait les heures de travail, au nombre d’articles rédigés.

Résultat, ils ont découvert que :

  • les scientifiques les plus productifs travaillaient entre 10 et 20 heures par semaine,
  • les moins productifs entre 25 et 40,
  • et qu’au-delà de 40, la productivité réaugmentait, mais sans rattraper le premier pic.
Corrélation entre temps de travail

Tous les créatifs savent que passé un certain nombre d’heures par jour (entre 3 et 5), leur productivité baisse, et qu’ils finissent par faire beaucoup d’efforts pour peu de résultats.

La meilleure chose à faire dans ces cas est d’arrêter, de s’aérer l’esprit, et d’enclencher le mode de cognition holistique, par un moyen de récupération actif.

Notre culture de travail est héritée de l’ère industrielle, où les individus étaient comme des automates qui effectuaient des actions répétitives sur des chaines de production (Taylorisme, Fordisme…).

Même dans ce cadre, où l’homme faisait encore le travail de la machine, des études menées par des industriels de l’époque ont démontré que la surcharge de travail sur les ouvriers avait un effet contre-productif.

C’est encore plus vrai pour les tâches de nature intellectuelle, qui requièrent beaucoup de concentration.

Il est dans votre intérêt, (si vous êtes entrepreneur), et dans l’intérêt de votre employeur, (si vous êtes salarié), de passer chaque jour un certain temps à flâner, à se reposer, et à lâcher prise.

Les géants de la tech connaissent ces découvertes élémentaires en termes de management, et de productivité.

C’est pour cette raison que leurs espaces de travail sont réputés pour être aussi des environnements de repos et de sociabilisation, équipés de distractions, et de salles de sport.

Sachez-donc vous accorder des temps de répit.

Créer comme un génie

Les véritables génies laissent leur inconscient travailler pour eux.

L’intuition, et l’inspiration, ne sont pas des choses qui peuvent être forcées.

Dans The Art of Thought, Graham Wallas décrit quatre étapes dans le processus créatif :

  1. La préparation
  2. L’incubation
  3. L’illumination
  4. La vérification

La première et la dernière sont actives, et nécessitent de la concentration (cerveau rationnel).

La deuxièmes et la troisième sont passives, et nécessitent du lâcher prise (cerveau intuitif).

Voici un exemple illustratif : la création d’un article, ou d’une vidéo.

1. La préparation

D’abord vous étudiez le sujet, en lisant ou en consommant du contenu lié.

Vous organisez vos ressources, réalisez un plan, définissez la structure, et commencez à rédiger un brouillon.

Cette étape demande un effort conscient et rationnel, et se termine quand vous butez à répétition, et que vous n’avancez plus.

2. L’incubation

Ensuite vient la phase d’incubation.

Dépendant de la taille du problème, elle peut prendre quelques minutes, ou quelques mois.

À ce moment, vous cessez de vous focaliser dessus, et allez vaquer à d’autres occupations ; tout en sachant que votre subconscient est toujours en train d’y travailler, et qu’il vous donnera la réponse en temps et en heure.

Dans cet phase, tout effort conscient risque de perturber le processus.

3. L’illumination

L’illumination, c’est ce moment où il y a comme un déclic, et où tout fait enfin sens.

Cet instant de clarté et de lucidité arrive comme un éclair.

Vous agissez alors par inspiration. Et votre main semble comme guidée par la providence.

Vous savez quelque chose sans réellement savoir pourquoi, ni comment ; sans pouvoir totalement l’articuler.

À ce stade votre rôle est d’être le canal de l’inspiration, et de tout noter avant qu’elle ne s’en aille.

4. La vérification

Finalement, vous allez restructurer l’information de façon cohérente, en comblant les trous, et en affinant la formulation.

Cette phase d’écriture correspond à l’édition, la correction, la mise en forme, et à la normalisation.

L’esprit intuitif a un fonctionnement holistique, et n’est donc pas fait pour régler ce genre de détail minutieux, qui correspond plutôt au domaine de l’esprit rationnel, et à la linéarité.

La perception intuitive

« L’inconscient recèle des possibilités absolument inaccessibles au conscient ; car il dispose de tous les contenus psychiques subliminaux, de tout ce qui a été oublié ou négligé, et, en outre, de la sagesse conférée par l’expérience d’innombrables millénaires, sagesse déposée et confiée à ses structures archétypiques. »

— Carl G. Jung

Dans Science of the Heart, Rollin Mc Craty décrit trois types d’intuition :

  1. la connaissance implicite
  2. la sensibilité énergétique
  3. l’intuition non-locale

1. La connaissance implicite

Il s’agit de ce que votre mémoire a enregistré, mais que vous avez oublié.

Vous savez des choses, que vous vous ignorez que vous savez.

Vos expériences passées représentent des patterns inconscients, avec lesquels vous interprétez le présent, et appréhendez l’avenir.

Piaget à très bien documenté ce phénomène chez les enfants, et dans leurs processus d’apprentissage.

2. La sensibilité énergétique

J’ai déjà expliqué ailleurs, que tout ce qui existe est chargé en électricité, et dispose donc d’un champ magnétique.

Le système nerveux fonctionne par impulsions électromagnétiques, dont les radiations s’étendent théoriquement à l’infini dans l’espace.

De nombreux cycles biologiques, et d’expressions hormonales réagissent à ces champs. (Concrètement, tout le monde sait que les émotions sont contagieuses. Approchez de quelqu’un fou de rage, et vous verrez la réaction de votre aura à ce type d’énergie.)

Simplement dit : votre corps communique également par voies énergétiques.

Shannon modèle

3. L’intuition non-locale

L’intuition non-locale est la plus énigmatique et la moins bien connue, puisqu’elle va à l’encontre du « bon sens » matérialiste.

Son explication n’est ni déterministe, ni causale.

Elle fait écho à des lois que l’on croyait réservées au monde infiniment petit de la physique quantique, et de l’abstraction théorique.

Mais de nombreuses preuves montrent qu’il existe des formes de télécommunications chez les êtres vivants, qui excluent la possibilité d’interactions électromagnétiques.

Oui, n’en déplaise aux matérialistes, la physique quantique donne un cadre théorique à des phénomènes tels que la télépathie, la clairvoyance, la précognition, et la synchronicité.

L’autorégulation

Accéder à ces modes de cognition holistiques à souhait requière de savoir s’autoréguler pour maintenir une base cohérente.

L’incohérence de vos cycles biologiques (cérébraux, hormonaux, et cardiovasculaires) se ressent subjectivement comme du stress.

C’est de cette façon que votre corps vous signale le danger, et qu’il vous prépare au combat, ou à la fuite.

Seulement, quand cet état devient chronique, vos ressources s’épuisent, et vos capacités de régénération s’atrophient.

L’adrénaline et le cortisol deviennent alors des poisons, qui vous font vieillir prématurément, et qui causent des maladies.

Certains vont même jusqu’à affirmer que le stress est la source de toutes les pathologies, puisqu’il endommage le système immunitaire, et perturbe l’expression génétique.

Les déséquilibres psychiques se répercutent sur le corps.

On peut facilement mesurer la santé de quelqu’un en mesurant la cohérence de ces cycles (comme les battements du cœur, les ondes cérébrales, les rythmes de respiration…).

Un rythme cardiaque irrégulier, et des fréquences électriques chaotiques, doivent s’harmoniser, pour pouvoir revenir à un état homéostatique.

Tout est cycle dans la nature, et danse au rythme de la création.

Par effet de résonnance, une source énergétique puissante tend à harmoniser les systèmes avec lesquels elle interagit.

Une fois, j’ai éternué près d’une guitare, et celle-ci s’est mise à résonner avec ma cage thoracique. On sait également que la fréquence géomagnétique de la terre s’harmonise avec celle des ondes cérébrales humaines, par exemple. Ce même phénomène de résonnance existe à différentes échelles.

C’est sur celui-ci que se base les exercices de cohérence cardiaque.

Par ces techniques, les scientifiques ont découvert ce que les anciens connaissaient déjà : le pouvoir régulateur du souffle.

Si vous respirez lentement, profondément, et rythmiquement, vos autres cycles biologiques tendent à s’harmoniser avec ce cycle d’autorégulation, et à activer le système parasympathique.

Simplement dit : vous avez plus d’énergie, vous êtes de meilleure humeur, en meilleur santé, et vous stimulez la régénération de vos cellules.

Conclusion

Nous vivons dans une ère nouvelle, où la notion du même du travail est en train d’être redéfinie par l’IA.

La connaissance n’a jamais circulé aussi vite, et facilement qu’aujourd’hui.

Les machines sont censées nous rendre la vie meilleure, en nous évitant le labeur insignifiant.

Nous avons tous les outils pour créer un monde où l’extrême pauvreté est éradiquée par l’immense richesse produite grâce aux technologies.

Seulement, chaque emploi remplacé fait un chômeur de plus, et une part de gâteau supplémentaire pour les détenteurs du captal.

L’écart se creuse entre ceux qui n’ont rien, et ceux qui ont tout.

(Les sociétés les plus inégalitaires sont aussi les plus violentes.)

De janvier 2022 à juin 2023, les industries de la tech ont supprimé plus de 370 000 emplois dans le monde.

(L’IA est en train de remplacer aussi les métiers techniques.)

Mais d’autres opportunités se présentes aussi dans ce nouveau paysage économique.

Avec internet, il n’a jamais été aussi simple de s’autoéduquer, et d’être un entrepreneur indépendant, libre géographiquement, tout en vivant de sa passion.

Vous pouvez aujourd’hui inventer le métier de vos rêves, s’il n’existe pas encore.

Dans un monde ou le travail ne sera plus une nécessité, alors celui rimera automatiquement par passion.

Et c’est quand on fait les choses par passion avant tout, que l’on produit la meilleure qualité.

— Geoffroy

Photo de profil Geoffroy
Qui est Geoffroy Stec ?

Je suis designer et éditeur depuis 2018. J’aide les créatifs à monétiser leurs passions, et à construire des systèmes de rémunérations durables.


Ressources

Manuel d’hygiène mentale

Apprenez les bases de l’épistémologie, de la philosophie existentialiste... Les principes de la perception.

Commander maintenant

Traité élémentaire de
science occulte

Dècryptez écrits des alchimistes, des Kabbalistes et les symboles que nous a légués l’antiquité. La philosophie occulte.

Commander maintenant

PROCESSUS DE CRÉATION ET D’INTERPRÉTATION DE LA RÉALITÉ

Comprenez les différents paradigmes et les révolutions scientifiques. Épistémologie et science.

Commander maintenant


LE KYBALION

Étude sur la philosophie de l’ancienne Egypte et de l’ancienne Grèce. Hermétisme et Alchimie.

Commander maintenant